Sédentarité au travail : risques et prévention

L’Organisation Mondiale de la Santé préconise 150 minutes de sport modéré par semaine (marche soutenue, vélo, natation, etc.) ou 75 minutes d'activité soutenue par semaine (course à pied, etc.). L’objectif ? Limiter les risques liés à la sédentarité. Malgré tout, les Français ne bougent pas assez : ils sont environ 40 % à avoir un niveau d’activité physique jugé insuffisant. Et cette tendance à la sédentarité s’accentue. Pourtant, les bienfaits du sport sur la santé ne sont plus à prouver. L’exercice physique permet (entre autres) de stimuler la bonne humeur et de soulager le stress. Dans cet article, explorons ensemble les risques de la sédentarité au travail et comment la prévenir !

Qu'est-ce que la sédentarité ?

La définition de la sédentarité par l’OMS est la suivante : la sédentarité représente une situation d’éveil qui se caractérise par une faible dépense énergétique à cause d’une position assise ou allongée. On parle alors d’inactivité physique, qui a ensuite des conséquences sur la santé d’une personne sédentaire. En France, la sédentarité est généralement évaluée par le temps d’écran par jour par adulte : ce temps inclut la télévision, les jeux vidéo, le smartphone et l’ordinateur. En plus de travailler assis devant un ordinateur chaque jour, les adultes passent ensuite entre 3 et 4 heures supplémentaires devant un écran. 

Quelles sont les conséquences de la sédentarité au travail ? 

L’inactivité provoque chez 90 % des salariés d’entreprise des TMS (troubles musculosquelettiques) au cours de leur carrière. Autre constat inquiétant : 28 % des Français ont souvent mal au dos à cause du manque d’activité physique. Toutes les études menées sur les conséquences de l’inactivité physique et de la sédentarité au travail aboutissent aux mêmes conclusions : un mode de vie sédentaire peut entraîner des dérèglements métaboliques notables. Les conséquences de la sédentarité ne doivent pas être prises à la légère :

  • augmentation du taux de lipides (de graisses) dans le sang ;
  • incapacité du corps à brûler les graisses ;
  • résistance à l’insuline, symptôme du diabète ;
  • maladies chroniques (cholestérol, hypertension, diabète, etc.) ;
  • maladies cardio-vasculaires ;
  • troubles musculo-squelettiques.

Qui est concerné par la sédentarité ? 

En France, la sédentarité concerne plus de 70 % de la population qui passe plus de huit heures assis chaque jour. On parle ici des employés de bureau et des salariés sédentaires, mais aussi des personnes en télétravail toute la journée. La sédentarité au travail touche également particulièrement les femmes jeunes et moins diplômées : 70 % d'entre elles restent sous les niveaux d'activité identifiés pour être en bonne santé contre 42 % des hommes. L’inactivité physique est devenue l’un des principaux facteurs de risque pour les problèmes de santé puisqu’elle serait à l’origine d’environ 10 % de la mortalité totale dans la Région européenne de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). 

Comment lutter contre la sédentarité au travail ?

Encourager la mobilité des salariés

Pour pallier les conséquences de la sédentarité au travail, encouragez vos salariés à multiplier les déplacements pour ne pas rester vissés sur leur chaise toute la journée. Créez des créneaux de pauses (même courts) directement dans leurs agendas, ou bien proposez des activités comme le jardinage pour mobiliser certaines parties du corps. Le Ministère des Sports conseille de “rompre” les temps de sédentarité par des pauses de 1 minute minimum toutes les heures (ou de 10 minutes toutes les 90 minutes). Proposez également des aides pour inciter les salariés à venir travailler en vélo plutôt qu’en transport en commun.

Former aux dangers des écrans

Que ce soit au bureau ou au télétravail, le quotidien des salariés est envahi par les écrans. Le tout cause une inactivité physique importante et une réelle fatigue oculaire. La surexposition aux écrans peut entraîner des douleurs aux yeux et des maux de tête. Les responsables RH des entreprises doivent donc sensibiliser les collaborateurs au sujet des dangers d’une activité sédentaire devant les écrans. Par exemple, organisez des discussions autour des addictions aux écrans et montrez-leur des exercices de gymnastique des yeux à pratiquer pour relâcher la tension. Il est aussi possible de financer l’achat de lunettes anti-lumière bleue pour les salariés.

Favoriser une alimentation saine

En télétravail ou au bureau, les collaborateurs ont tendance à grignoter plus souvent, ou bien à décaler les repas (voire à en sauter). Par manque de temps ou d’envie, ils favorisent des aliments gras et sucrés. Or, une alimentation déséquilibrée est également l’une des causes de la sédentarité. Un métier sédentaire n’incite pas à une grande dépense énergétique, ce qui paradoxalement entraîne souvent un apport excessif d’aliments gras et sucrés. Combiné à une inactivité physique, cet apport calorique augmente le “temps sédentaire”. Les entreprises ont donc un véritable rôle à jouer pour encourager les collaborateurs à adopter un mode de vie sain, via une alimentation équilibrée. Vous pouvez proposer :

  • l’option vente à emporter ;
  • des ateliers de partage de recettes entre collègues ;
  • des cours de cuisine en live ;
  • le e-partage de pauses déjeuner ;
  • l’envoi des photos de repas pour inspirer tout le monde ;
  • le recours aux conseils d’un nutritionniste. 

Proposer des cours collectifs de remise en forme

Lorsque l’on observe le développement de la sédentarité au travail et la hausse des TMS, on peut en déduire que les salariés ont besoin d’être sensibilisés sur l’inactivité physique prolongée et ses risques. Les entreprises ont alors tout intérêt à intégrer des cours collectifs de remise en forme douce, comme le yoga ou le Pilates. Ces actions permettent d’améliorer le capital physique des employés tout en leur donnant l’occasion de passer des moments conviviaux en équipe, pour plus de cohésion. Vous pouvez également mettre à disposition de vos salariés des applications de sport ou bien organiser des évènements en équipe, comme course à pied ou une course d’obstacles.

 

Découvrez nos cas clients

Les retours d'expérience de nos partenaires

En savoir plus

 

Investir dans du matériel de bureau ergonomique

À défaut de pouvoir totalement éliminer la sédentarité au travail, les entreprises peuvent limiter un maximum les risques de cette sédentarité en installant du mobilier ergonomique. L’idéal consisterait à personnaliser complètement son poste de travail, en fonction de la taille, de la cambrure et de la posture de chacun. C’est sur ce principe que reposent le travail allongé ou le travail debout : chacun peut travailler dans des conditions qui lui conviennent. C’est un choix gratifiant pour les salariés, une preuve de respect et de confiance. Mais un simple changement de mobilier peut déjà régler de nombreux problèmes, notamment relatifs aux troubles musculo-squelettiques !

Motiver sur le long terme

Enfin, pour lutter contre la sédentarité au travail et encourager ses collaborateurs à avoir un mode de vie plus actif, il est nécessaire de mettre en place une communication basée sur des messages motivants et simples. Vous pouvez les glisser à la fin de vos mails ou autres communications : « Prenez le temps de faire des allers-retours dans le couloir ou de monter et descendre un escalier toutes les 2 heures » ou bien « Pour votre santé, prenez le temps de marcher au moins toutes les 2 heures ».

Sédentarité : les mauvaises habitudes à combattre 

Sédentarité : les mauvaises habitudes à combattre

Chez nos ancêtres

À l’époque où l’Homo Sapiens était un chasseur-cueilleur, il parcourait 20km/jour.  Désormais nous restons en moyenne 7h24 assis sur une chaise dans une journée. 

Des écrans toujours plus envahissants au quotidien

Les Français sont 59 % à choisir une activité sédentaire plutôt qu’une activité physique pour occuper leur temps libre. Cause principale : notre passion pour les écrans. Nous y consacrons en moyenne 5h07 par jour !

La sédentarisation du travail

Depuis 1950, les métiers sédentaires ont augmenté de 83 %. Aujourd’hui, 73% des Français passent leur journée de travail assis et les ordinateurs sont devenus le principal outil de travail pour 70 % d’entre eux. Mais cette tendance à la sédentarité au travail ne leur plaît pas, puisqu’ils sont 78 % à estimer que leur entreprise ne les incite pas à faire davantage de sport (au travail et en dehors).

Des problèmes de santé

Le manque d’activité physique est le 4e plus important facteur de risque de décès dans le monde. Il est aussi responsable de 22 % des maladies cardiaques et d’autant de cancer du côlon (sans compter les diabètes, dont il est la cause dans 27 % des cas). Et, pourtant, seulement 33% de Français sont conscients de l'impact néfaste de la sédentarité professionnelle sur la santé.

Place au sport !

L’activité physique permet de gagner 3 ans d’espérance de vie, de retarder l’âge de début de la dépendance de 6 ans, et de diminuer de 5 à 7 % les dépenses de santé annuelles.

Les astuces United Heroes

Pour lutter contre la sédentarité, et ce même pour les employés qui occupent un poste sédentaire, voici quelques astuces :

  • passez vos coups de fil en marchant ;
  • déplacez-vous à pied ou à vélo ;
  • allez chercher votre déjeuner à pied plutôt que de vous le faire livrer ;
  • prenez l'escalier plutôt que l'ascenseur ;
  • optez pour une marche digestive après le déjeuner ;
  • sortez une ou deux stations de métro (bus, tram) plus tôt pour marcher jusqu'à chez vous ;
  • levez-vous au moins toutes les deux heures pour vous hydrater ou vous étirer ;
  • pour ceux qui possèdent un chien, multipliez les sorties et les promenades ;
  • pour les plus courageux, faites des réunions en gainage (rapide et efficace !).