<img height="1" width="1" style="display:none" src="https://www.facebook.com/tr?id=2522377514460582&amp;ev=PageView&amp;noscript=1">

5 min de lecture

Les 3 erreurs à commettre si vous souhaitez faire échouer votre projet sport en entreprise

Découvrez les erreurs à éviter

Découvrez les erreurs à éviter si vous souhaitez intégrer la pratique du sport en entreprise. Beaucoup d’entreprises ne parviennent pas à faire vivre un tel projet en tombant dans des écueils facilement évitables.

Alors si votre projet sport en est resté à ses balbutiements, si un nombre très limité de vos collaborateurs y a adhéré, ou bien encore si les retombées sont in fine négatives, c’est sans doute que vous avez commis une ou plusieurs des erreurs qui suivent.

 

 

Erreur N°1 : ne pas inclure le sport dans une stratégie globale d'entreprise

 

En laissant les collaborateurs se débrouiller par eux-mêmes


Des entreprises témoignent : « le projet n’a pas pris pourtant nous y avons mis les moyens : nous avons distribué des coupons sport à nos collaborateurs via le CE ». C’est une erreur classique : penser que proposer des mesures d’incitation va suffire en soi à fédérer les collaborateurs. Or, s’en tenir à la mise à disposition de moyens ne va embarquer que ceux qui étaient déjà conquis et qui avaient déjà une pratique sportive régulière. On rate l’essentiel : créer un élan collectif et inclusif au sein de l’entreprise.

 

New call-to-action

 

En ne profitant pas du projet sport pour réaffirmer la vision et les valeurs de l'entreprise

Un projet sport doit être envisagé comme un projet… d’entreprise. On retrouve en effet le sens du collectif, l’esprit de compétition, l’envie de se dépasser ou la prise de risque dans un projet d’entreprise, comme dans un projet sport.

 

Qu’il soit pratiqué en individuel ou en équipe, le sport permet de développer des qualités et des principes forts reflétant les valeurs de l’entreprise. Un projet sport est donc l’occasion de renforcer la culture d’entreprise en embarquant l’ensemble des collaborateurs.

 

 

Un projet sport doit être envisagé comme un projet… d’entreprise.Il faut davantage que des mesures d’incitation pour fédérer les collaborateurs autour d'un projet sport.

 

Combien de projets n'ont pas atteint les objectifs fixés parce que l’initiative venue des Ressources Humaines s’est trouvée en contradiction avec les impératifs du Management direct, mettant le salarié dans une position inconfortable ?

 

Un exemple : les Ressources Humaines encouragent une activité physique régulière et en groupes sur certains créneaux prédéfinis mais le manager direct voit cela d’un mauvais œil parce qu’il a peur d’une chute dans les performances commerciales pendant ces créneaux. Il va donc exercer une pression sur les collaborateurs pour diminuer leur activité physique.

 

Sans l’adhésion du manager, le projet sport est voué à l’échec. Il faut donc prendre le temps de convaincre. Et les arguments ne manquent pas : la pratique du sport en entreprise améliore la rentabilité nette jusque 14% et entre 6 et 9% la productivité par salarié. De même, la motivation est augmentée et le taux d’absentéisme et de turn-over diminué !

 

Nouveau call-to-action

 

Erreur N°2 : Ne pas accompagner et encourager la pratique sportive

 

En ne s’adaptant pas au rythme (sportif) des salariés


Le manque de temps est l’un des freins les plus importants pour installer le sport dans la routine des salariés. En introduisant davantage de flexibilité dans le temps de travail, on est en mesure de mieux répondre à cette problématique. Mais le sport peut aussi s’envisager en dehors des heures de bureau : le salarié peut préférer les soirées et le week-end pour se dépenser. Le projet sport en entreprise ne doit donc pas oublier d’inclure dans la réflexion le sport hors temps d’entreprise, pour laisser un maximum de liberté aux collaborateurs. 

 

Le sport peut aussi s’envisager en dehors des heures de bureauLes challenges United Heroes se pratiquent aussi en vacances !

 

 

En n’investissant pas dans des équipements adaptés

 

Si sport rime avec inconfort pour le reste de la journée, le collaborateur sera démotivé. En effet selon Frédéric Delannoy, Responsable technique de la Fédération française du sport en entreprise : « une simple douche au sein des locaux favorise notamment la course à pied à l'heure de la pause déjeuner ». Par exemple chez United Heroes, nous avons 2 douches pour les runners du midi 🤓.

 

En ne communiquant pas sur les bienfaits du sport

 

L’adhésion à un projet passe évidemment par une bonne communication. S’il paraît facile de mobiliser les plus jeunes sur un projet sportif, les plus âgés pourront être convaincus en insistant sur les bienfaits d’une activité physique (protection contre les maladies cardiovasculaires ou réduction du risque de diabète). Vous pouvez également souligner les effets bénéfiques du sport sur l’environnement, en privilégiant la marche sur les distances courtes et en choisissant le vélo plutôt que la voiture.

 

 

Erreur N°3 : sous-estimer les enjeux réglementaires

 

En négligeant la sécurité des collaborateurs

En théorie l’entreprise peut être considérée responsable en cas d’accident lors de la pratique d’un sport en entreprise, même si cette responsabilité est limitée par la loi. L’entreprise a en effet une obligation de moyens et non de résultats.

 

Son devoir se réduit donc essentiellement à la prévention des risques. Il est considéré que le sportif a un rôle actif dans sa pratique et donc sa sécurité. L’entreprise devra pour sa part démontrer que tous les moyens ont été mis en œuvre pour prévenir et limiter les risques.

 

 

les installations sportives de l'entreprise doivent être assuréesL’entreprise doit veiller à se conformer aux obligations légales en matière de sécurité pour ses installations sportives.

 

Si l’entreprise investit dans des installations sportives, elle doit veiller à se conformer aux obligations légales en matière de sécurité. On peut citer la déclaration des équipements sportifs à l’administration compétente, la souscription à une assurance ou l’affichage des secours. Dans le cas contraire elle s’expose à des sanctions importantes (6 mois d’emprisonnement et 7500€ d’amende en cas de non souscription à une assurance).

 

La principale erreur à ne pas commettre si vous souhaitez fédérer vos équipes autour de valeur communes est de ne pas proposer de projet sport ! Seulement 7% des entreprises incitent leurs collaborateurs à exercer une pratique sportive. Ayez le courage de vous différencier et ainsi boostez votre marque employeur autant que la qualité de vie au travail de vos collaborateurs en lançant votre projet sport !

 

Vous savez désormais comment éviter ces erreurs, il ne vous reste plus qu'à découvrir notre fiche pratique pour déployer votre programme sport et bien-être.